NA RADIO : le portrait du jour

Written by on 22 avril 2019

Quand JPT rencontre JMB

JMB, 3 lettres qui ne vous disent peut-être rien mais qui sont bien connues des turfistes. Jean-Michel Bazire, l’un des plus grands drivers de tous les temps a croisé la route de Jacques-Pierre Thomas sur l’hippodrome de Châtelaillon-Plage. L’occasion pour notre reporter de lui tirer le portrait …

Un Talent, Une icône, Une référence, Un exemple, Un être d’exception, les superlatifs ne manquent pas. On peut le comparer à des champions hors normes : Zidane, Federer, Woods et bien d’autres encore, qui traversent le temps et marquent leur sport. Malgré les aléas de la vie, les accidents, leur volonté reste intact et tous les jours ils travaillent pour aller au bout de leur passion et de leur raison de vivre. Les chiffres parlent d’eux-mêmes : 27 803 courses, 6169 victoires, 4 prix d’Amérique, 20 sulkys d’or. Tombé dans la marmite de passionnés de chevaux de course, dès 9 ans il débute au sulky. Première course gagnée en 1987, il passe professionnel en 1990. Chaque année il remporte entre 200 et 350 épreuves par an, pour des gains qui avoisinent  les 7 millions d’euros. Parti de rien, puisque son père n’avait que 5 chevaux et était dans une chambre de lad. Il communie avec les chevaux dès l’aube venu et se montre pointilleux à la suite de ses observations et jusqu’au moindre de détails. Que dire de cette année 2019, avec 171 courses courues et déjà 46 victoires. Souvent il dit, j’ai réussi dans la vie, mais je n’ai pas réussi « ma vie », c’est sans doute pourquoi il se sent maintenant plus entraineur que driver et souhaite aborder un virage. J M B comme on l’appelle porte plusieurs casquettes : éleveur, propriétaire, entraineur et driver. L’univers hippique c’est toujours son « truc », c’est inné chez lui, on peut même dire que c’est un don, ce n’est pas pour rien que se fans le surnomment le « Zidane du trot ».

Disons merci à Jean Michel Bazire pour ce qu’il a apporté et pour ce qu’il est, une belle personne, accessible qui était à Chatelaillon en ce week-end end pascale.

Jacques Pierre THOMAS


Reader's opinions

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *



Current track

Title

Artist

Background