À Castres, La Rochelle paye son indiscipline (22-15)

06 mars 2021 à 16h58

Au stade Pierre Fabre de Castres, La Rochelle s'incline pour la deuxième fois en deux semaines (22-15). Un match à oublier pour les Jaune et Noir qui ont commis de nombreuses fautes. Place aux vacances.

Tous étaient prévenus ! La discipline allait être un élément capital pour les joueurs du Stade Rochelais. Pourtant, même pas une minute de jeu au stade Pierre Fabre, que les Castrais scorent déjà. L'excellent ouvreur Bleu et Blanc, Benjamin Urdapilleta, tape très bien cette première tentative pour permetre aux siens de mener (1', 3-0).

Onzième minute et La Rochelle offre une nouvelle opportunité au Castres Olympique en commettant une faute au sol. Benjamin Urdapilleta est chirurgical (11', 6-0). Prévenus du talent de l'ouvreur adverse, mais pas vigilants, les Maritimes sont en difficulté dans ce chaudron des temps modernes. En effet, quelques supporters tarnais ayant pris place devant le stade.

18e minute, Castres continue de prendre le dessus en obtenant une pénalité en mêlée fermée. Les Jaune et Noir contestent, la tentative est avancée de dix mètres. Benjamin Urdapilleta n'en demandait pas tant et passe entre les perches (19', 9-0).

20 minutes, compteur (enfin) ouvert

Le Stade Rochelais essaye de garder la tête froide. 22e minute, Plisson débloque le compteur rochelais grâce à une pénalité (22', 9-3).

À la demi-heure de jeu, les hommes de Ronan O'Gara coulent. Nakosi réalise une incroyable percée entre les lignes maritimes. L'ailier castrais trouve ensuite Combezou qui passe le ballon à Urdapilleta. L'ouvreur du Castres Olympique joue de son pied pour trouver Dumora dans l'en-but. Premier essai de la partie, Benjamin Urdapilleta le transforme. (30', 16-3).

À la pause, les Tarnais sont devant et le Stade Rochelais doit donc courir après le score en deuxième mi-temps.

En avant la conquête

Après un début de deuxième acte poussif, les Maritimes tentent. À l'image d'un très bon Arthur Retière à la retombée d'un ballon. L'ailier poursuit sa course après s'être défait de plusieurs Castrais. Malheureusement, ça ne donnera rien. Pire encore. Quelques instants plus tard, les joueurs de Ronan O'Gara subissent une nouvelle pénalité. Rory Kockott passe son premier coup de pied de la saison depuis le milieu de terrain (48', 19-3).

Quelques minutes plus tard, Castres obtient une nouvelle pénalité ! Benjamin Urdapilleta passe une nouvelle fois entre les perches (52', 22-3). Rapidement, les Maritimes ont un sursaut d'orgueil. Le petit coup de pied de West, bien capté par Retière, lui permet de lancer Botia. Ce dernier accélère mais est envoyé en touche par Julien Dumora. La Rochelle était si proche d'inscrire un essai. 

Étincelle Botia

Levani Botia passe la seconde. Le centre rochelais accélère le jeu entre les lignes. C'est clairement lui qui donne le tempo. Mais l'une de ses nombreuses tentatives ne donnera rien.

Si Botia court, Retière s'envole. 63e minute, l'ailier Jaune et Noir profite encore une fois d'un jeu court et au pied de West pour aplatir. Après arbitrage vidéo, la sentence tombe : un en-avant a été commis. 

65e minute, Botia accélère. Les Rochelais ont parfaitement joué le coup. Un surnombre avec notamment Raymond Rhule, Jérémy Sinzelle et Thomas Berjon. Sur l'aile, Botia fait preuve de puissance pour aplatir. La Rochelle se réveille, mais West ne transforme pas (65', 22-8).

La machine est en marche et les Maritimes ont enfin passé la vitesse supérieure. Jérémy Sinzelle profite d'un rebond en sa faveur pour prendre toute la défense castraise à revers. L'arrière perce et se retrouve seul. Thomas Berjon vient en soutien avant d'être servi et de permettre à La Rochelle de recoller au score : 22-13. Ihaia West transforme et offre deux points supplémentaires à ses coéquipiers (68', 22-15).

À une minute du terme, le Stade Rochelais se met une nouvelle fois à la faute au sol sur une possession castraise. À la sirène, les Tarnais ont le ballon. Deux semaines, deux matchs, deux défaites pour les Maritimes qui s'inclinent 22 à 15.

Rémy SAVARIT (Crédit photo - RS)

Voir aussi

Commentaires(0)

Connectez-vous pour commenter cet article