Départementales et Régionales : pourquoi voter ?

27 mai 2021 à 16h06

Avec un taux d’abstention record d’environ 50 %, les départementales et régionales sont les échéances électorales que les Charentais-Maritime boudent le plus. Mais pourquoi ?

Les Français percevraient « mal les enjeux de ces élections » selon une enquête menée par ViaVoice pour nos confrères de Libération. Pourtant, ces deux échéances électorales déterminent à elles seules où seront répartis les 4,3 milliards d’euros de la Charente-Maritime et de la Nouvelle-Aquitaine. Une somme qui correspond au chiffre d’affaires de l’opérateur Free pour l’année 2019. Un pouvoir conséquent qui ne semble pas convaincre les électeurs. 

Capture d’écran 2021-05-27 à 10.54.49.png (287 KB)

(Source : INSEE & Ministère de l'Intérieur)  

Dans un mois, nous aurons l’occasion de voter pour ceux qui nous représentent à la région et au département. Une bataille rude pour les partis politiques qui miroitent ces collectivités territoriales aux ressources conséquentes et attributions essentielles. Le conseil départemental décide pour nous de grands investissements, pour le social, la culture, les collèges, la voirie départementale, la politique d'action sociale. 

À titre d’illustration, pendant la crise sanitaire, près de 1 700 travailleurs non salariés ont bénéficié d’une aide de 1,3 millions d’euros. Mais le département de la Charente-Maritime, c’est surtout un budget non-négligeable de 1,187 milliards d’euros. C’est autant que le budget du ministère de la Santé pour l’année 2020. Du côté de la région, elle est la collectivité du développement économique, elle a également la charge de l’aménagement du territoire, l’amélioration de l’habitat, le transport intercommunal, les questions sanitaires, culturels et scientifiques. Concrètement, la région, c’est un « super-investisseur » pour lequel chaque placement participe d’une vision politique. Une vision déterminée par les élections… 

Alain Rousset l'actuel président de la région, confiait à NA Radio soutenir une transition vers une agriculture sans pesticide en Nouvelle-Aquitaine. Pour ce faire le premier homme de la région encourage des entreprises pour développer des substituts viables aux produits phytosanitaires qui inondent notre agriculture. De nombreuses transformations comme celle-ci sont soutenus par les financements de la région. Voter pour les régionales et départementales, c’est choisir où seront réparti les investissements massifs qui dessineront la Charente-Maritime de demain.


Vincent Larregain 

Commentaires(0)

Connectez-vous pour commenter cet article