L'essai faux-positif annihile le Grand Chelem !

13 mars 2021 à 17h43

Dans un match à haute intensité, le XV de France n'a jamais lâché. Conservant un niveau de jeu enflammé. Offensivement comme défensivement. L'arbitrage vidéo va faire parler. Les Bleus s'inclinent 23 à 20.

Ce sont les Bleus qui ont donné le coup d'envoi des hostilités ! Dans un Twickenham vide, les flammes autour du terrain sont là pour réchauffer les cœurs des amoureux de l'ovalie. Les Français sont motivés et savent se montrer ! Premier ballon capté de Brice Dulin, de son côté Gaël Fickou échauffe ses chevilles, Antoine Dupont va quant à lui au charbon. Une minute de jeu, l'amour du maillot est déjà là.

Le jeu ne cesse de basculer d'un côté à l'autre. Teddy Thomas avec son pied, trouve Antoine Dupont. Les Bleus ouvrent le score sur cette démonstration collective. Matthieu Jalibert se charge de la transformation (1', 0-7).

Les Bleus sont engagés dans ce match. Jeu rapide, enchaînement. Mais la possession quasi-exclusive des Anglais n'aident à rien. Omniprésents dans les 22 mètres tricolore, ils finissent par trouver la faille sur l'aile au bout de dix minutes. Anthony Watson réduit la marque. Owen Farrell termine le boulot (11', 7-7). Il récidivera quelques instants plus tard sur une pénalité face aux perches (14', 10-7). Puis, une nouvelle fois cinq minutes plus tard (19', 13-7). Chirurgical.

Anthony Watson, la menace

Le quart-d'heure passé, le XV de France se reprend quelques instants. Julien Marchand accélère. Les Bleus donnent du rythme. Mais une perte de balle viendra profiter aux Anglais qui obtiennent une touche. Quelques instants plus tard, Anthony Watson essaye de prendre la poudre d'escampette. Dans les espaces, il profite. Heureusement, Matthieu Jalibert veille et profite du jeu au pied de l'ailier anglais pour annihiler un éventuel essai.

28e minute, la France si proche du deuxième essai... Après une très longue séquence, un jeu au pied d'Antoine Dupont par-dessus la défense redonne un espoir aux Français. Matthieu Jalibert a presque applati. Presque, car c'est son genou qui a joué le rôle d'en-but. La balle a roulé, vite, très vite, trop vite. Heureusement, ce dernier va pouvoir apporter une nouvelle fois sa pierre à l'édifice. Un avantage français qui se transforme en pénalité. Pénalité entre les perches (28', 13-10).

Enchaînement parfait

Ce crunch nous offre un spectacle exceptionnel ! De droite à gauche, ou de gauche à droite, quand les hommes de Fabien Galthié ont le ballon, ils excellent dans son maniement. Après une très jolie combinaison, Damian Penaud vient inscrire le deuxième essai de cette rencontre pour la France. En coin, il redonne l'avantage à ses coéquipiers. Jalibert transforme (32', 13-17).

À la mi-temps, les Bleus mènent au score (13-17). Du spectacle et de l'impact. Twickenham "on fire". Tout comme les Bleus à la reprise, auteurs de nouvelles séquences intéressantes. Des variations de qualité dans le jeu qui posent des problèmes aux Anglais. Dulin et Alldritt sont en vue.

Peu avant la 50e minute de jeu, l'avantage ne profite pas à la France. Matthieu Jalibert bien placé peut permettre de reléguer les hommes d'Eddie Jones à un essai transformé. Chose faite avec cette pénalité réussie (50', 13-20). Quatre minutes plus tard, le XV de la Rose reprend espoir, grâce à une nouvelle pénalité passée par Owen Farrell (54', 16-20).

Essai ou pas ?

De l'intensité, de l'impact. La deuxième mi-temps a encore montré toute l'étendue du niveau de jeu de ces deux équipes. La fin de match est plus compliquée, et les Bleus luttent. Héroïquement. Mais ça ne suffira pas. Cameron Woki essaiera de maintenir à flot un ballon prétendument aplati par Maro Itoje (77'). Au centre du terrain, l'arbitre veut refuser l'essai, mais en régie, l'arbitre vidéo l'accorde. Pourtant, l'image n'est pas claire, presque flou. Un angle de caméra rendant le ballon presque invisible, la déception est immense. Une discorde incompréhensible. Une défaite frustrante. Aplati ou pas, le score est là. La France s'incline 23 à 20. 

Dans ce match à haute intensité, certains absents aujourd'hui vont avoir du mal à réintégrer les 23. Du moins, il va falloir ramer. À l'image de Pierre Bourgarit. Le talonneur rochelais, a dû scruter depuis son canapé la performance de Julien Marchand. Accélération, percussion, le Toulousain a remis les Bleus à plusieurs reprises dans le coup. Du côté des Maritimes, Brice Dulin et Grégory Alldritt ont une nouvelle fois fait le job. Aujourd'hui, le maillot bleu a été défendu. Là-dessus, il n'y aura rien à redire.

Rémy SAVARIT (Crédit photo - France Rugby)

Voir aussi

Commentaires(0)

Connectez-vous pour commenter cet article