L’Houmeau : ça chauffe sur le front de mer !

10 juin 2021 à 15h53

« Nous sommes seuls, où sont les médiateurs ? ». Cette réaction, c’est celle de Jean-Luc Algay, maire de la petite commune de l’Houmeau. Une commune qui depuis ce matin est confrontée à l’installation illégale de gens du voyage. »

À 10 heures, ce jeudi 10 juin au matin, 80 caravanes se sont installées sur le front de mer de L’Houmeau. Sur ce lieu hautement touristique, la situation est de plus en plus tendue. Alerté par un riverain, le maire Jean-Luc Algay est présent avec les services de gendarmerie et de la préfecture.

Une situation que le maire et vice-président de l’agglomération jugent « inacceptable » puisqu’elle résulterait d’une décision de l’agglomération de déloger certains gens du voyage de l’emplacement qui leur avait été désigné. Le maire s’estomaque : « Depuis ce matin, on essaye de joindre les deux médiateurs chargés de ces questions à l’agglomération de La Rochelle et on n'a pas de réponse. »

Sur place, un reporter de NA Radio a pu constater une quinzaine de caravanes dans un champ avoisinant la plage et de nombreuses caravanes bloquant la route. Le front de mer est bloqué par une soixantaine de caravanes sur le bord de route et 15 caravanes dans un espace naturel protégé avoisinant la route.

L'histoire se répète et rappelle les occupations de l’année dernière ou celle de février. En 2020, une convention d’occupation avait été signée entre la CDA et les gens du voyage pour permettre d'accueillir ces personnes en toute légalité sur un terrain de la commune d'Aytré, le tout dans le respect des règles d'occupation et de sécurité. Un accord qui n'avait pas tenu longtemps puisque l'installation prévue pour accueillir les gens du voyage avait été rapidement devenue trop étroite pour le nombre de personnes présentes. Une véritable menace pour le tourisme et les espaces naturels selon Jean-Luc Algay.

Retrouvez les interviews de Jean-Luc Algay très en colère ????
https://www.naradio.fr/rss/interview-na-radio-18

Vincent Larregain, Rémy Savarit et Benjamin Ramaget

Voir aussi

Commentaires(0)

Connectez-vous pour commenter cet article