Stade Rochelais : un frisson pour une demie !

05 juin 2021 à 22h56

Au Stade Marcel Michelin, le Stade Rochelais s'est baladé entre la deuxième et la troisième place. Un match qui n'a pas été de tout repos pour les Maritimes qui ont bel et bien failli devoir jouer les barrages de Top 14. Grâce à leur bonus défensif (22-17), ils verront les demi-finales. 

Rien n'était joué. Et si les statistiques ne jouaient pas en faveur du Stade Rochelais au stade Marcel Michelin, les hommes de Ronan O'Gara se devait de prendre un point pour accéder à la demi-finale, en cas de bonus offensif du Racing 92 face à Brive. Un job très bien réalisé par les Franciliens qui ont atomisé leurs adversaires 55 à 12. Pour les Maritimes, la tache s'est révélée plus compliquée. Trop souvent pénalisés, ils verront le ballon passer à cinq reprises entre les poteaux rien qu'en première mi-temps. Un Morgan Parra de gala pour les Auvergnats.

La valse des frayeurs

Pourtant, le train a très vite été mis en marche. Même si La Rochelle a concédé une pénalité dès la deuxième minute, la lueur Jaune et Noir viendra juste après la dixième minute. Raymond Rhule accélère. Infiltré au milieu de la marée jaune, il feinte. Tous dans le vent, les cannes du Springbok déroulent. Rhule a fait la différence et sert Leyds qui aplatit. Mais à la mi-temps, La Rochelle est derrière (15-10). 

En deuxième mi-temps, Moala permet à Clermont de prendre dix points d'avance après un énorme travail de Raka. Les espoirs s'amenuisent et La Rochelle voit les barrages se rapprocher. Des Maritimes qui ne sont pas aidés par le Racing 92 qui mène 38 à 5 contre Brive après un essai de pénalité deux minutes plus tôt. Si au Paris La Défense Arena le job est fait, les hommes de Ronan O'Gara ont alors leur destin entre leurs mains. 

Rapidement, Gregory Alldritt sort ses coéquipiers de l'ombre. À l'angle d'un ruck, il prend la poudre d'escampette pour permettre au Stade Rochelais de recoller au score. Essai transformé (58', 22-17).

Si Morgan Parra inscrira une autre pénalité, la force collective des Jaune et Noir permet de glaner une dernière pénalité à deux minutes de la fin. 41 mètres. Jules Le Bail. Il n'a pas le droit à l'erreur. Et ça passe ! Le Stade Rochelais ne doit plus jouer avec le feu. L'incendie éteint, la sirène peut retentir et les Rochelais peuvent s'offrir une semaine de vacances. Cap sur les demi-finales !

Rémy SAVARIT

Commentaires(0)

Connectez-vous pour commenter cet article